Biographie

 
 

Né à Paris en 1965, influencé par un père mélomane qui l’a particulièrement sensibilisé aux voix graves, à la musique classique, au jazz et au negro-spiritual, ainsi qu’aux lettres et au théatre,  Philippe Rivoallanou Drevet (alias Philippe Drevet) a toujours voulu être musicien. Fan inconditionnel des Beatles -Paul McCartney en particulier- dès l’âge de 12 ans, le choix de l’instrument devient une évidence : alors qu’il avait "désaccordé" en basse sa première guitare acoustique à 14 ans, il fait l’acquisition de sa première guitare basse à 15 ans et confirme ainsi sa vocation.

Un an plus tard, alors coursier, il croise Serge Gainsbourg qui l’accueille d’un « ça va p’tit gars ?! ». Cette rencontre le fait rêver.


A 17 ans, il prend des cours de contrebasse avec Jean-François Jenny-Clark au conservatoire de Bagneux.

Parallèlement, il continue son apprentissage de la guitare basse en autodidacte et en prenant des cours particuliers avec Alain Lecointe  puis son ami Rosario Riccobono. Il intègre ses premiers groupes le tout premier avec Yann Péchin pour l’anecdote , puis Maldoror avec ses accolytes de l’époque Jean Denayrou et Marc Citti, au sein duquel il compose et interprète ses premières chansons. Il « écume » les tremplins rock et les festivals de lycée et développe ainsi son expérience de la scène.


Après quatre années intenses, le groupe se sépare et Philippe décide de devenir bassiste professionnel. De 20 à 23 ans, très motivé et influencé par le grand Jaco Pastorius, il suit les cours de Laurent Cokelaere, Tony Ballester et Andy Emler au CIM et, sous l’impulsion d’Alain Guerrini, accompagne dans les clubs parisiens, à la télévision et à la radio, le groupe vocal de l’école sous la direction de Christiane Legrand et de Marc Thomas. Puis, au sein du big band de Fabrice Devienne, il défend les couleurs du CIM au concours européen de jeunes big band à Berlin.


Il débute véritablement sa carrière de sideman en accompagnant le chanteur Jean-Jacques Catani, au cabaret «le Tire Bouchon», Place du Tertre à Montmartre, endroit qui vit débuter Brassens et Brel.



 

En quête d’un nouveau souffle après plus de 20 ans en tant que musicien professionnel, il entame un cycle d’études supérieures de la contrebasse avec Marc-Michel Le Bévillon au C.M.D.L., dont il sort diplômé avec mention Bien en 2009.

Il y rencontre le percussionniste virtuose vénézuélien Orlando Poléo, avec qui il pratique les musiques latines en accompagnant ses master-classes.

Toujours dans un désir de perfectionnement, Philippe participe en 2010 au stage international de contrebasse jazz de Capbreton avec Hein Van De Geyn, Larry Grenadier et Joe La Barbera. De ces enseignements, il puise une nouvelle ouverture, une polyvalence accrue et une méthode rigoureuse qui lui permettent désormais d’être également contrebassiste professionnel.


Dans cette dynamique, il accompagne, à la basse et à la contrebasse, Pierre Santini dans son spectacle ‘Come Di’ (spectacle des chansons de Paolo Conte adaptées en français) et notamment au Sentier des Halles sous la direction musicale de Manu Guerrero (2011) et au Théâtre Quirino – Vittorio Gassman à Rome.


On peut l’entendre sur la bande originale du film Supertrash de Martin Esposito composée par Patrick Brugalières.


Philippe travaille régulièrement sur les Bateaux Parisiens (depuis 2001)


Il enregistre en septembre/octobre 2012, le double album ‘Transports Pitiot’ des artistes Thomas Pitiot et Gérard Pitiot. En tournée à la contrebasse et aux choeurs, dans toute la France depuis mars 2013 et notamment à l’Européen du 28 au 30 mars 2013, en passant par le festival Aubercail le 21 mai 2014 pour s’achever au Zèbre de Belleville le 12 Décembre 2014.


Il a enregistré l’album de Jean Guidoni, ‘Paris Milan’ (sortie fin Octobre 2014).

En plus de la tournée, les concerts du 14 octobre 2014 au Théatre de la Ville et du 26 janvier 2015 à l’Alhambra avec la participation de Juliette ont été de magnifiques moments.


2016 fut consacrée principalement à la pédagogie.Il a obtenu le Diplôme d’État de professeur de musiques actuelles par V.A.E. Outre des concerts avec Jean Guidoni, il a réalisé et co-composé certaines chansons du  premier album de Christelle Berthon Breathe to me chez VLF Productions sorti le 21 Juillet 2017


Il a participé à l’enregistrement du nouvel album de Jean Guidoni «Les Légendes Urbaines» qui est sorti le 31 Mars chez Tacet,  suivi d’un magnifique concert de présentation le 4 Avril à l’Européen. l’aventure continue avec beaucoup de succès, en passant par le festival d’Avignon à l’espace roseau une résidence en septembre au Théatre Antoine Vitez d’Ivry et entre autres par  La Cigale le 20 Novembre 2017


Il a écrit des arrangements additionnels et un arrangement original pour l’album hommage à Paolo Conte de Pierre Santini qu’il a réalisé au studio Malambo. «Si Paolo m’était Conte «Sortie en Mars 2018 au sein du label Faubourg du Monde.


Outre quelques concerts au bateau théatre Le Nez Rouge avec Pierre Santini, des dates magnifiques avec Jean Guidoni, il a consacré l’année 2018 à l’approfondissement de la contrebasse classique avec un premier concert avec l’orchestre symphonique du conservatoire de Vitry .


En ce début 2019, il a achevé la tournée de Jean Guidoni par d’intenses concerts notamment au théatre de la croix rousse, à Lyon, et au Toursky à Marseille, parmi d’autres salles enthousiastes.. et un dernier mémorable à l’Européen à Paris en Novembre


Il a enregistré le premier EP de Véronique Perrrault, Miss Parrot qui est disponible sur toutes les plateformes.


En ce début 2020 il participe à l’enregistrement du futur album de Laurent Viel, avec la participation d’Enzo Enzo et Laurent Stocker réalisé par Yann Cortella.


Il est directeur musical début Mars et fin Avril au théatre de L’archipel à la reprise du spectacle de Pierre Santini «Si Paolo m’était Conte».


Pendant le Covid il a réalisé une «vidéo confinée» de la chanson Blackbird des Beatles et approfondi son travail de studio

Il rejoint ensuite le groupe du percussionniste Jauk Armal et étudie les rythmes marocains, part en tournée en France et au Maroc et joue avec des musiciens Gnawas. Cette expérience puissante a placé le rythme et le groove au centre de sa pratique musicale.

A la même époque, un autre artiste le fascine et l’inspire par sa fusion entre pop, rock progressif et world music : Peter Gabriel, et son bassiste de toujours Tony Levin. Une autre influence majeure de cette époque est Jannick Top.


Entre 23 et 26 ans, Philippe se perfectionne au sein de l’orchestre parisien Staries, puis fonde son groupe de funk, Slide, avec 10 autres musiciens chevronnés et se produit dans les clubs parisiens (Baiser Salé, Café Rive Droite, Locomotive…) pendant 3 ans.

La rencontre avec Jean et Olivier Schultheis venus l’écouter au sein du groupe, lui permettront d’intègrer la comédie musicale Fou des Folies d’ Alfredo  Arias aux Folies Bergères.

Il participe ensuite, en tant que remplaçant ou titulaire, pendant plusieurs années, aux tournées de nombreux artistes comme Richard Gotainer, Nicoletta, Annie Cordy, Tony Carreira, Jacques Haurogné, Manon Landowski ou encore Native, avec qui il a la chance de jouer en 1998 le mythique Boogie Wonderland à l’Olympia aux côtés de son compositeur Jon Lind, et de se produire aux Antilles (Centre des Arts et de la Culture de Pointe-à-Pitre), aux Francofolies de La Rochelle et de Spa, au Palais des festivals de Cannes, au casino de Genève…


Désireux de transmettre son expérience dès l’âge de 30 ans, il enseigne la basse électrique et l’harmonie au CIM pendant 7 ans.

En parallèle, il reprend des études de contrebasse au conservatoire de Torcy avec Michel Thouseau pendant 3 ans.


Également musicien de studio, il enregistre pour Elisa Point, Abyale, Bertrand Renaudin, Indigo, Manon Landowski, Gérard Lenorman, l’INA, ainsi que quelques publicités célèbres (Glaces Mars, L’Oréal, Fiat Punto).


Sideman expérimenté, Philippe est aussi compositeur, réalisateur et arrangeur dans des genres musicaux très éclectiques : gospel/world (Tinah, Amen, studio SM / Abeille Musique), chanson française (Daniel Jumeau, Ambivalence), rock alternatif (Merle Moqueur, Chez Mado).